Rechercher

Portraits de Filmmakers : @Djisupertramp

Dans cette série de portraits, l'Institut des médias avancés part à la rencontre de vidéastes talentueux et passionnés qui ont développé leur communauté via YouTube.


Bonjour Jeremy, peux-tu te présenter en quelques lignes ?


Je m'appelle Jeremy Janin, j'ai 30 ans, après pas mal d'années à Lyon et à voyager, je me suis posé à Lille depuis bientôt 1 an. Je suis community manager en CDI et j'ai une activité d'auto-entreprise en photo et vidéo à côté pour des missions de vidéos essentiellement outdoor et voyage.

Comment ta passion s’est transformée en chaîne YouTube ?


Tout est parti de l'ouverture de mon blog voyage il y a 10 ans pour raconter mes voyages, j'ai commencé à filmer avec un appareil photo très tôt et petit à petit j'ai évolué. J'ai commencé quand Philipp Bloom devenait de plus en plus populaire et ai beaucoup appris en regardant des documentaires visuellement plaisants et beaucoup de vidéos sur Vimeo. Ma chaine YouTube n'est pas une fin en elle même, c'est juste une plateforme sur laquelle je poste mes vidéos. J'ai utilisé le confinement pour partager des conseils sur ma passion pour l'outdoor par exemple, c'est cool et ça me plait, mais ce n'est pas ce que je recherche dans la vidéo. C'est un bonus on va dire. Je préfère travailler sur des projets de documentaires ou portraits avec des formats de contenu plus longs.

Comment définirais-tu ton style ?


Plus j'avance dans la vidéo, plus je semble trouver ma voie. Je tends de plus en plus vers un style documentaire, je ne suis pas un fan des transitions à tout va et de la mode de ce qui peut se trouver chez les gros YouTubeurs on va dire. Ce qui me motive aujourd'hui c'est de raconter les belles histoires, avant de penser à quelle cadence d'images je vais me mettre. Bien sûr, l'image et son traitement sont hyper importants et c'est ce qui m'excite vraiment, mais sans bonne histoire, impossible d'avoir quelque chose qui tient la route. J'aurais mis du temps à m'en rendre compte mais c'est vraiment la clé. Ça va être un peu cliché mais l'idée est de réussir à transporter le spectateur ailleurs le temps d'une video ou d'un film et de le faire passer par différentes émotions. J'aime utiliser ce medium pour faire découvrir des personnalités ou faire vivre des expériences aux spectateurs.

Avec quel matériels / logiciels travailles-tu au quotidien ? 


Après pas mal d'années chez Sony, je suis passé au Panasonic S1 avec l'option V-LOG pour filmer en 10bits et en LOG, et j'aime avoir un setup assez minimal. Je filme et photographie essentiellement au Sigma 35mm f/1.4 et j'ai en complément un 24mm f/2.8 (Canon FD - vintage) et un macro 90mm f/2.5 vintage également, sans autofocus ni stabilisation, mais je trouve qu'il y-a un vrai caractère et de beaux flares avec ces 3 objectifs et ils couvrent l'essentiel de mes besoins. Si j'ai besoin d'un gros téléobjectif : je le loue. J'accorde beaucoup d'importance au son aussi donc j'utilise un Rode NTG4+ avec un ZOOM H4n Pro. Question stabilisateur, j'aime beaucoup le rendu organique de filmer à main levée et j'essaie de tendre de plus en plus vers ça, en revanche, une gimbal a toujours sa place dans mon sac et j'utilise la Zhiyun Weebill-S. J'édite mes vidéos sur un iMac 27" sur FCPX.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?


Ces dernières années, assurément Goh Iromoto ou Paul Meyers. En d'autres mesures, je m'inspire de Renan Ozturk, Felt Soul Media, Brain Farm ou Sherpa Cinema pour le côté tournage en conditions extrêmes avec des moyens incroyables mais très inspirant. En DP seuls, je resterais sur Goh et Paul, assurément. En plus indépendant, j'aime beaucoup Joey Schusler ou Jay Bird dans le VTT.

Peux-tu nous parler du développement de Captain Yvon Studio ?


Captain Yvon c'est au départ une association que j'ai co-fondé avec un ami, Greg Mignard, pour transmettre notre passion pour l'image et l'outdoor. On a donné quelques workshops par le passé et ça ré-arrivera sûrement. Depuis, on a lancé Captain Yvon Studio, qui est en quelques sorte le nom de notre boite de prod' si on veut. Et c'est autour de Captain Yvon Studio qu'on se retrouve pour des projets de plus en plus orientés autour de portraits et de documentaires. C'est chouette, on a la même vision des choses et les mêmes envies, ça permet d'avancer comme on l'entend et pour le moment on a la chance d'avoir des projets très excitants sur lesquels travailler. On met aussi un point d'honneur à garder des projets passion à côté pour développer de nouvelles techniques ou simplement faire des choses qui nous correspondent à 100%

Quels sont tes 3 conseils pour les jeunes filmmakers ?


- N'attendez pas d'avoir la dernière RED ou BlackMagic, filmez avec ce que vous avez et apprenez en tentant encore et encore. C'est en faisant, refaisant encore et encore qu'on progresse, qu'on développe un oeil et que petit à petit on décroche des contrats. On croit que c'est important d'avoir de la 4K60 ou du raw pour filmer mais la réalité c'est que c'est quand on est déjà beaucoup plus avancé. On peut s'en passer. Même aujourd'hui, j'ai accès à des caméras qui shootent en raw, mon boitier filme en 4k60 mais je ne l'utilise quasiment jamais. 


- La passion doit primer pour moi. Sans passion on arrivera pas à aller loin. Expérimentez avec plein de sujets pour trouver ce qui vous correspond. J'ai fait des vidéos de mariages, du corporate, de l'outdoor, du voyage et pas mal d'autres type de film avant de trouver ce que j'aimais vraiment, mais chaque expérience, notamment les mariages, m'a beaucoup appris (tenir les deadlines, la relation client, éditer plus rapidement, être efficace, gérer la pression, ne pas rater les moments clés..., c'est super formateur).


- La vidéo c'est bien mais sans un beau son, on ne va pas loin. Maîtriser le son c'est rajouter une dimension à ses vidéos et leur donner le traitement et le rendu qu'elles méritent.



Suivez le travail de Djisupertramp sur sa chaîne YouTube


Envie de rejoindre la nouvelle génération de Filmmakers ? Intégrez le Diploma In Film Production

ADRESSE DU SIÈGE

5, avenue Irène Joliot-Curie

31100 Toulouse

INFOS CANDIDATURES

admissions@ima.eu.com

05 61 56 91 81

Institut des médias avancés ?

Le premier réseau français de formations en audiovisuel, aux nouveaux médias, vidéo, film, montage, techniques du son et broadcast. Nous offrons des formations d'excellence aux futur·es professionnel·les des médias. Notre objectif est d'offrir des formations en groupes réduits encadrées par des pros  et d'apporter les compétences les plus attendues à nos stagiaires dans un cadre pédagogique innovant et bienveillant.

  • Facebook
  • Instagram

NOS PARTENAIRES TECHNOLOGIQUES

EN CHIFFRES

7

1

er 

réseau en France

campus

500

+

entreprises partenaires