Rechercher

Benjamin Mathieu : fondateur du Road Studio

Dans sa série de portraits consacrés aux professionnels de l'audiovisuel, l'Institut des médias avancés a recueilli cet échange avec Benjamin Mathieu qui, après un BTS Audiovisuel, a développé son studio d'enregistrement nomade.



Bonjour Benjamin, peux-tu te présenter en quelques lignes ?


Je suis Benjamin Mathieu, ingénieur du son en studio et réalisateur musical, j'ai monté un studio d'enregistrement mobile, aménagé dans un camion, nommé Road Studio.

Quel a été ton parcours avant la création du studio mobile ?


Après mon BAC j'ai intégré le BTS Audiovisuel de Roubaix en option son, ce qui m'a permis de découvrir le milieu du son et le métier d'ingénieur du son. En intégrant cette formation je souhaitais travailler en studio d'enregistrement, et suite à mon BTS j'ai réalisé quelques stages dans des studios parisiens, puis j'ai vite monté mon studio mobile, car la seule manière pour moi à ce moment pour me faire de l'expérience et développer mon activité d'ingénieur du son en studio était d'avoir mon propre studio.

Comment le concept Road Studio a vu le jour ?


Lorsque je me suis décidé à monter mon studio, afin de développer mon activité d'ingénieur du son en studio, j'ai réfléchi aux possibilités que j'avais pour avoir un studio peu coûteux et qui sortirait de l'ordinaire. Je me suis vite rendu compte qu'un studio reste coûteux qu'il soit dans un camion ou dans un lieu fixe mais j'ai développé ce concept afin de proposer une alternative de production musicale et ainsi me démarquer dans le marché des studios d'enregistrement. Ce studio m'a amené à ré-inventer des manières de créer la musique et à vivre des expériences de studios inédites.

Avec quels matériels / logiciels travailles-tu au quotidien ? 


Dans mon studio je travaille sur Pro Tools pour la partie enregistrement, mixage et mastering et sur Ableton Live pour une grosse partie de la composition et arrangements.

Je suis équipe d'une interface Cranborne Audio 500R8 qui me permet de convertir le signal provenant de mes différents pré-amplis analogiques que j'utilise (Neve, API, Looptrotter, Cranborne etc.). Mon mixage est essentiellement "in-the-box" avec plusieurs plugins de marques différentes, et je travaille la finalisation de mes mixages et mes masterings avec des périphériques analogiques extérieurs : compresseur Looptrotter Monster 2, EQ Hyperion Wes Audio etc.


En terme de microphones dans un studio on a besoin d'avoir un parc assez diversifié afin de pouvoir enregistrer toutes sortes d'instruments et avoir des couleurs sonores différentes : des micros à ruban, statiques, dynamiques, vintage etc..

Quelles sont tes sources d’inspiration liées à la prod musicale ?

Je m'inspire beaucoup des expérimentations que je fais avec les musiciens, jam sessions, exercices, vidéos, synthétiseurs etc. Ainsi que simplement des discussions et échanges que nous avons. C'est là le meilleur moyen de comprendre leur univers et ce qu'ils souhaitent.

De manière plus pratique je m'intéresse à comment travaillent d'autres réalisateurs musicaux afin de comprendre les esthétiques qu'ils produisent. Ainsi je suis très inspiré des travaux de Bon Iver, Asgeir, Radiohead, Sylvia Massy etc. Mes voyages sont également une grande source d'inspiration pour moi.  


Quelles parties de ton travail aimerais-tu faire évoluer par la suite ?


De plus en plus je développe mon activité vers de la réalisation musicale, c'est une partie très intéressante de la production qui m'amène à être davantage impliqué dans les choix artistiques et dans la direction de l'album. 

Quels sont tes souvenirs studio les plus mémorables ?

Il y a de nombreux souvenirs qui m'ont marqués, des albums qui me sont chers et qui ont aboutis à des longues relations artistiques et humaines.

Il y a 3 ans j'ai fais un tour de France avec mon studio pour aller enregistrer des artistes indépendants un peu partout, j'ai enregistré sur une air d’autoroute, dans la forêt, dans des lieux abandonnés etc... C'était une sacrée aventure !

J'ai enregistré sur un toit, dans une piscine vide, je fais des résidences régulièrement sur une petite île au nord de l'Allemagne... Les lieux sont souvent de beaux souvenirs des enregistrements.

Les aventures de studios qui restent sont parfois les plus folles, ou alors des rencontres humaines et artistiques particulièrement fortes.

Enfin, quels sont les 3 conseils que tu donnerais à nos étudiants pour développer leur home studio ?


- Ne pas vouloir aller trop vite dans l'acquisition de matériel, il faut apprendre à l'utiliser et comprendre réellement nos besoins avant d'acheter du matériel.


- Bien connaître sa pièce, l'aménager pour qu'elle soit bien acoustiquement mais également pour qu'elle soit confortable pour travailler. Ecouter de la musique que l'on connait dans son studio pour connaître l'acoustique de sa pièce. Ecouter sur différents supports ses mixs.


- Expérimenter, tester des manières de créer, de s'inspirer, des nouveaux outils etc...  Rester ouvert à tout ce que l'on pourrait apporter de nouveau à ses méthodes de travail.



Suivez les aventures du Road Studio sur Instagram


Envie de devenir ingénieur du son ? Intégrez le BTS Audiovisuel option Son

ADRESSE DU SIÈGE

5, avenue Irène Joliot-Curie

31100 Toulouse

INFOS CANDIDATURES

admissions@ima.eu.com

05 61 56 91 81

  • Facebook
  • Instagram

Institut des médias avancés ?

Le premier réseau français de formations en audiovisuel, aux nouveaux médias, vidéo, film, montage, techniques du son et broadcast. Nous offrons des formations d'excellence aux futur·es professionnel·les des médias. Notre objectif est d'offrir des formations en groupes réduits encadrées par des pros  et d'apporter les compétences les plus attendues à nos stagiaires dans un cadre pédagogique innovant et bienveillant.

NOS PARTENAIRES TECHNOLOGIQUES

EN CHIFFRES

5

1

er 

réseau en France

campus

500

entreprises partenaires

+